le blog aux 1000 plumes.

le blog aux 1000 plumes.

si c'était possible..

Aubree est une jolie New-Yorkaise de 18ans, dynamique et indépendante.

Encore a l'école elle travaille très dur pour tenter de décrocher son diplôme de photographe  ,..Paris...Londres....Tokyo...

Désireuse  de voyage et d'évasion , elle rêve du jour ou les plus grands  modèles poseront devant son objectif .

Vivant depuis peu  dans un appartement du coté de Lower East Side. Elle aime l'ambiance conviviale et fermée de ces ruelles étroites, il s'y passe toujours un tas de choses, c'est un quartier modeste mais plein de vie.

Quand son emploi du temps le lui permet ,elle aime s'avancer sur son balcon, et observer les gens qui passent.

Ces anonymes deviennent pour elle ,l'espace d'un instant les sujets incontournables de son inspiration.

Le clic de son Nikon immortalisant ce couple amoureux marchant main dans la main ,ou encore la fleuriste arrangeant avec délicatesse ses bouquets..Elle n'aime pas simplement photographier les expressions d'un visage  ou la beauté éphémère d'un instant  ,elle est née pour ça, elle le sent , elle le sait.

                                                                           ....

juste au coin de sa rue se trouve un café branché ou beaucoup de jeunes aiment se retrouver.

Aubree et Samantha sa meilleur amie , s'y donnent  régulièrement rendez-vous, pour discuter , autour d'un bon thé bien chaud.

Bien qu'elle n'en parle pas, Aubree garde beaucoup ses sentiments pour elle , par pudeur sans doute, ou par manque de confiance en soi , elle voudrait juste ressembler un peu plus a son amie .

Sam c'est la perfection même: Grande, belle , fonceuse ,jamais peur de rien ni de personne,  toujours entourée d'amis, et courtisée par de nombreux garçons .

Bien que dans le fond ce ne soit pas vraiment sa nature , et elle le sait.

Aubree se contenterai bien, pour l'heure d'attirer l'attention du serveur , discret et poli , qui fait battre son coeur depuis la première fois que leurs regards se sont croisés.

                                                                          ...

Il pleuvait des trombes d'eau , quand elle est entrée dans le café pour s'abriter, surprise par la rapidité de l'averse.

Eric était de service ce jour là.

Il a été si gentil avec elle , si attentionné, lui apportant , avec un sourire plein de chaleur ,  un thé chaud et une serviette c 'était pas grand chose ...et pourtant ...il n'en fallait pas moins a cette incurable romantique.

Elle trouvera bien un moyen de le remercier...sauf que depuis ...plus moyen de lui parler.

                                                                        ...

Sam a le chic pour monopoliser les conversations  , ce qui a le don d'agacer Aubree .

Mais elle aime tellement son amie , que jamais elle n'aurait l'impolitesse de le lui faire remarquer.

Ce qui malheureusement n'est pas propice a forcer le destin  ...

....................................................surtout quand celui qui lui plait tant ne la regarde même pas ..................

 

Derrière son apparente réserve, Aubree, jeune femme au charme discret mais certain, avait une capacité d'écoute et d'observation peu commune. Sans doute était-ce pour cela qu'elle avait choisi le métier de photographe. A son âge, elle en avait déjà conscience et pas encore la certitude. Pourtant, même en plein sommeil, elle arrivait à vivre ses rêves et ses cauchemars les plus terrifiants de loin, en observatrice. 

Sam s'était accaparé d'Eric le serveur avec ses histoires sans fin, ses éclats de rire et, surtout, sa beauté de blonde nordique. Bientôt, Aubree et Sam quitteraient comme à leur habitude le café sans que la première nommée pût attirer pour une fois l'attention du jeune homme. Elle en fut malheureuse au point d'éprouver des sortes de déchirures au ventre. Elle savait que c'était encore son coeur qui avait mal.
Un événement aussi inattendu qu'inespéré vint lui offrir l'occasion de réaliser son rêve. Soudain, un bruit sourd, caractéristique de la chute d'un corps sur un parquet, se fit entendre dans la salle. Alors que toute l'assistance était pétrifiée de surprise, Aubree, une fraction de seconde après avoir identifié l'incident, se précipita en direction du client tombé de tout son long en voulant se lever de table pour diriger vers la sortie du café. Tout en courant, elle lança à Eric:
- Vite, la boite à pharmacie !
Puis à Sam:
- Appelles vite les urgences !
Arrivée devant le client allongé sur le dos et immobile, elle constata d'abord l'absence de blessure visible puis lui toucha son pouls. "Son coeur bât" se dit-elle dans un souffle de soulagement.
De retour avec la boite à pharmacie à la main, Eric découvrait plus qu'il ne regardait Aubree donnant les premiers soins au client qui, à présent, commençait à remuer ses membres. Il était profondément remué par le sang-froid, le caractère volontaire et le charme de cette femme, cette personne qu'il trouvait désormais vraiment à part.

 Quelques minutes à peine suffirent pour transformer la rue Bossuet, d'habitude calme et moyennement fréquentée, où se situait le café branché, en plein milieu du quartier historique de la ville, en une sorte de marché de plein air - un souk- encombré d'une foule de badauds immobiles et curieux de connaître le moindre détails de ce qui venait de se produire. Deux voitures de police et une ambulance du SAMU achevèrent de boucher toutes les issues à la rue Bossuet ainsi que vers les ruelles adjacentes.
Secouées par ce qui venait de se produire, Aubree et Sam quittèrent rapidement les lieux et laissèrent Eric répondre aux questions inévitables des policiers.Elles restèrent bien une dizaine de jours sans y revenir comme si elles répugnaient à revoir la scène du drame. Cependant, un jeudi particulièrement ensoleillée leur donna l'envie de se balader et, inconsciemment, comme mues par un automatisme, elles se retrouvèrent rue Bossuet, devant le café branché d'Eric. Et lui, entraîné qu'il était à suivre avec attention ses clients et, surtout, clientes, les repéra de loin et vint presque en courant à leur rencontre le visage illuminé de bonheur. Les deux jeunes femmes furent émues que tant de joie sincère fût provoquée par leur présence. Elle hâtèrent également le pas dans sa direction et lui firent spontanément la bise chacune dans une joue, Sam, la première, suivie par Aubree. Il les prit par la main, y déposa un baiser du bout des lèvres et les conduisit vers le café en leur disant:
- Aujourd'hui vous êtes mes invitées !

 

 

 



12/11/2015
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres